Football

football 4-5-1 formation

C’est une formation qui a gagné en popularité ces dernières années. Le 4-5-1 est à la base un système de jeu defensif, mais peut être modifié pour devenir plus offensif. Les qualités du 4-5-1 sont : un trio de milieux centraux, un attaquant de pointe (de préférence un attaquant complet). En renforçant le milieu, des équipes qui se basent sur des passes courtes et rapides vont faire des erreurs suite au pressing et ainsi donner une opportunité de contre-attaque. Lors de l’attaque, cette formation se base sur la rapidité des ailiers pour soutenir leur attaquant.
Sans aucun doute le meilleur exemple du 4-5-1 est celui utilisé par José Mourinho. Il construit ses équipes de manière défensive avec un excellent milieu défensif mais aussi avec un attaquant qui décroche pour obtenir le ballon et un milieu offensif capable de marquer de loin. A Chelsea, il avait John Terry en défense centrale, Claude Makélélé en milieu defensif, Frank Lampard en milieu offensif, Joe Cole et Arjen Robben sur les ailes et enfin Didier Drogba seul devant. Cette équipe a gagné beaucoup de titres, comme deux championnats anglais en 2005 et en 2006.

football formation 4-2-3-1

A l’origine des systèmes on retrouve chronologiquement le 4-2-4, le 3-5-2, le 4-3-3 puis le 4-4-2. Chaque système correspond à une époque précise et donc une approche tactique différente. A chaque changement, évolution, il y a eu des hommes qui se sont creusés la tête pour découvrir une nouvelle manière de bouger sur le terrain, de créer une animation.
Le 4-5-1 fait son apparition dans les années 90, il est en fait un dérivé à la fois du 4-4-2 et du 4-3-3. Il se veut une assurance un peu plus défensive en descendant un des attaquants voir les deux. Employé pour couvrir un maximum le milieu de terrain et donc contrer un meneur de jeu qui serait maitre de la zone du milieu.
On le voit arriver sur les compétitions internationales notamment ou certaines équipes l’utilisant, veulent procéder en contre tout en gardant leur cage inviolée. Il devient ensuite totalement à la mode avec notamment la victoire en 98 de l’équipe de France puis devient la norme courant des années 2000 avec l’apogée des systèmes basés sur l’occupation du milieu de terrain. A l’image du Barça et de l’Espagne qui en feront même parfois des 5-5-0…

football formation 4-3-3

Le 4-3-3 se décompose en deux variantes. D’un côté, le 4-3-3 avec une pointe haute et de l’autre le 4-3-3 avec une pointe basse. Le 4-3-3 avec une pointe basse est une formation avec quatre défenseurs (deux centraux et deux latéraux); un milieu central bas, qui évolue souvent dans un rôle de sentinelle jouant devant la défense avec pour mission d’organiser la première relance et le jeu, deux milieux dits pistons capables de se projeter vers l’avant et faire le lien vers les trois attaquants (deux ailiers et un avant-centre). Cette configuration exige des milieux de terrain polyvalents (capables de défendre et d’attaquer efficacement). Cette formation permet généralement un meilleur contrôle et un meilleur équilibre car les milieux de terrain se retrouvent en plein dans le cœur du jeu. Ce système est flexible car il peut se transformer en 4-4-2 si un des ailiers s’intercalent entre les deux milieux pistons et que l’autre ailier vient prêter main forte à l’attaquant central ou carrément en 4-1-4-1 en phase offnsive, quand les deux milieux pistons évoluent très haut à la récupération du ballon, en phase défensive quand les deux ailiers reviennent au niveau des milieux pistons pour presser les latéraux adverses : football tactique
Le 4-3-3 avec une pointe haute, ressemble à 4-2-3-1 puisque nous avons deux milieux reculés, devant assurer l’équilibre de l’équipe, un milieu axial devant organiser le jeu, deux ailiers et un avant-centre. La différence se situe au niveau défensif, où le premier rideau est constitué de trois joueurs devant le plus souvent bloquer l’axe, quand les milieux les plus excentrés sont charger de défendre les côtés. Dans un 4-3-3 à pointe haute, les attaquants sont moins mis à contribution pour défendre leur laissant l’énergie nécessaire pour faire la différence en phase offensive.

football formation 4-4-2

Le 4-4-2 à plat est le système souple par excellence car on peut l’adapter et le manier de différentes façons. C’est un système qui favorise l’équilibre d’une équipe tout en permettant une transition plus rapide entre défense et attaque à la récupération du ballon. Le 4-4-2 permet à la fois une bonne couverture de terrain en défense avec les fameuses deux lignes de quatre mais donc aussi de se projeter rapidement vers l’avant. Selon les ajustements de chaque entraîneur, il peut facilement se modeler en 4-2-3-1, 4-2-4, 4-1-4-1 ou 4-3-1-2 car la base est pratiquement la même entre ses diverses organisations.
Le 4-4-2 permet d’associer différents profils d’attaquant (de surface, de soutien, d’espace aimant la profondeur, etc.). Ce sera à l’entraîneur de trouver la combinaison parfaite et la complémentarité entre les deux attaquants. Les milieux excentrés jouent un rôle primordial en phase défensive car ils doivent impérativement empêcher les latéraux adverses de briser le premier rideau défensif ou de renverser le jeu en diagonale. À noter l’influence des milieux centraux car ils coordonnent le mouvement du bloc équipe en prêtant main forte aux milieux excentrés par exemple. Ils jouent un rôle prépondérant dans la récupération du ballon et dans la conservation en phase offensive.

football wm

Alors que le Metodo est un 2-3-2-3, le System est en 3-2-2-3 avec une symétrie axiale par rapport à la ligne du milieu de terrain; donc du point de vue schématique, l’emplacement des joueurs dessinait un ‘M’ surmonté d’un ‘W’. Et c’est sous la dénomination de « WM » que ce module, qui demandait moins de technicité que le Metodo, fut connu dans le reste de l’Europe d’abord, puis dans le reste monde.
Les différences entre System et Metodo pourraient sembler insignifiantes mais ce ne sont pas seulement les positions de quelques joueurs qui changent, c’est l’entière philosophie de jeu. Avec la généralisation du « WM » (sauf en Italie pendant une décennie supplémentaire), le marquage est devenu individuel et asphyxiant, le jeu s’en trouva fragmenté en une multitude de duels en un contre un. En stigmatisant, c’est une voie nouvelle vers une tactique plus agressif, moins technique et créatif, mais plus rapide et physique.

phase de jeu football

La phase de transition est le moment où une équipe passe d’un moment où elle attaque à un moment où elle défend et/ou vice versa. Lorsque vous êtes spectateur d’un match et que vous voyez une contre-attaque, celle-ci est précédée d’une phase de transition. En résumé, il y a phase de transition à chaque perte de ballon.
En effet, une contre-attaque est une phase de transition, comme pris en exemple dans le paragraphe ci-dessus, et une contre-attaque commence à la récupération d’un ballon détenu par l’adversaire. L’équipe qui détient le ballon est en phase de conservation et/ou phase offensive, l’équipe qui elle court après le ballon est en phase défensive. Au moment où l’équipe en possession du ballon va le perdre, il va y avoir une inversion des rôles et c’est ce moment précis où l’on parle de transition. Le ou les joueurs qui cherchent à défendre et/ou récupérer le ballon, doivent désormais s’orienter vers le but adverse et rentrent donc dans une phase non plus défensive mais offensive.

placement football

Une équipe de Football est constituée de 11 joueurs (10 + 1 gardien). Chaque joueur porte un numéro dans le dos pour être identifiable. Au départ, ces numéros correspondent à un poste particulier.
Le Numéro 1 : le gardien de buts
Le gardien de buts est chargé de protéger les buts à l’aide des mains, des pieds… ou tout autre partie du corps. C’est le seul joueur à pouvoir jouer le ballon avec les mains dans sa surface de réparation.
Il doit faire preuve de grande qualité de détente verticale (pour aller chercher le ballon en l’air sur les cornes par exemple) et de détente horizontale (pour plonger pour attraper ou repousser les tirs de l’adversaire).
Aujourd’hui dans le football moderne, le gardien de buts est obligé de savoir jouer avec les pieds pour jouer les ballons sur passes arrière ou quand sa défense se trouve haut sur le terrain (dans ce cas, le gardien joue loin de ses cages).
Il doit faire preuve d’une bonne lecture du jeu, d’anticipation, de rapidité, de caractère pour placer ou replacer sa défense.
Numéro 2 et 3 : les arrières latéraux
Le numéro 2 est l’arrière droit et le numéro 3 est l’arrière gauche. Ils opèrent sur les cotés de la défense et doivent empêcher les attaquants adverses de passer par ces zones pour délivrer des centres.
En situation offensive, ils doivent « prendre le couloir » pour apporter le sur-nombre et éventuellement déborder la défense adverse et délivrer des centres pour leurs attaquants.
Ils doivent faire preuve de vitesse, d’un bon jeu de tête, de technique, de placement et de replacement.
Numéro 4 et 5 : le « stoppeur » et le « libéro »
Le stoppeur et le libéro forment la charnière centrale. Aujourd’hui, deux joueurs se partagent ces deux rôles en fonction du coté de l’attaque adverse(gauche ou droite en fonction de leur pied de prédilection).
N°4 – Le stoppeur est au marquage de l’avant-centre adverse et doit l’empêcher de prendre le ballon ou l’empêcher de progresser. Il présente en général de bonne qualité de jeu de tête ce qui lui permet de monter en situation offensive lorsque son équipe bénéficie d’un corner.
N° 5 – Le libéro est le dernier défenseur. En fait, il est « libre » car il n’est au marquage d’aucun attaquant adverse mais il doit aider et intervenir dans le cas où un de ses défenseurs se ferait éliminer par un attaquant. Le libéro doit faire preuve de qualité d’anticipation pour intercepter le ballon et de technique car c’est le premier relanceur.
Numéro 6 e 7 : les milieux défensifs
Ils sont chargés de la récupération du ballon et opèrent devant leur défense. On les appellent les « poumons » de l’équipe car ils courent de partout sur le terrain. Ils doivent faire de grosses qualité d’endurance et de vitesse ; En fait, il y a un milieu défensif qui joue juste devant sa défense et un autre qui joue un peu plus haut qui est chargé du « pressing ». Ils remontent également les ballons en phase d’attaque et servent d’intermédiaire entre la défense et les milieux offensifs. Ils doivent faire preuve de bonnes qualités techniques pour la relance.
Numéro 8 et 10 : les milieux offensifs
Ils doivent créer le jeu c’est pour cela qu’on les appellent les « milieux créateurs ». Ils doivent orienter le jeu et donner des ballons aux attaquants. Ils doivent preuve d’une bonne vision du jeu, de qualité d’élimination (dribble) des adversaires, jeu court (petit périmètre) quand il y a une forte concentration de joueurs, jeu long pour faire changer l’orientation du jeu (transversales) ou balle en profondeur pour l’avant-centre et des qualités de finisseur pour marquer des buts. Ils participent également au travail défensif en bloquant les couloirs en empêchant les arrières adverses de monter.
Numéro 11 : le 2ème attaquant
Il évolue en général en soutien de l’avant-centre. Son jeu consiste à tourner autour de l’avant-centre pour jouer le 2ème ballon et alimenter en ballon l’avant-centre. C’est un joueur en généralement adroit et très technique doué de qualité de vitesse. Il effectue avec l’avant-centre le premier travail défensif en gênant la relance adverse et en faisant le « pressing » pour gêner la transmission du ballon.
Numéro 9 : l’avant-centre
C’est le joueur qui doit marquer les buts. C’est le joueur le plus proche du but adverse. Il doit faire preuve de d’explosivité pour prendre de vitesse les défenseurs avoir le « sens du but » pour se trouver à l’endroit où va tomber le ballon et des qualités d’adresse pour le reprendre et marquer.



*